L’histoire des meubles Louis XIV

Dans la période de la jeunesse du roi, (1643-1660) où la France était effectivement dirigée par le Régent, Anne d’Autriche, le style du mobilier était celui de Louis XIII, mélangé à l’influence italienne apportée par le cardinal Mazarin. Les pièces étaient dominées par des armoires massives, décorées de colonnes, de frontons, de pilastres, de balustrades, de niches et d’autres décorations. Les panneaux de bois sculpté, appelés lambris, s’harmonisaient avec les lambris, les carrés ou rectangles des murs et les plafonds sculptés aux décorations semblables. Les cabines, les tables et les chaises étaient géométriques. Les fauteuils sont apparus avec des dossiers hauts, faits de morceaux de bois tourné, coupés en forme de spirale.

La grande heure de Louis XIV

La seconde période, de 1660 à 1690 environ, marque le début du règne personnel de Louis XIV, une grande partie du mobilier de cette période est destinée à la décoration des grandes salles neuves du château de Versailles conçues par Louis Le Vau puis par Jules Hardouin-Mansart. Les caractéristiques du premier style de décoration et de mobilier étaient la richesse des matériaux et la recherche d’un effet monumental. Les éléments décoratifs sur les murs et les meubles étaient souvent militaires ; casques, armes croisées, grappes de feuilles de chêne symbolisant la victoire, sculptés, dorés, et placés sur les murs. D’autres décorations communes étaient les masques d’Apollon (le Dieu Soleil symbolisait Louis, le « Roi Soleil ») ; l’aigle de Jupiter, le lion, le coq, et une grande variété de couronnes, sceptres et bâtons royaux.

La Manufacture Royale du Meuble a été fondée en 1667, faisant partie de l’établissement royal d’art qui comprenait l’Académie des Beaux-Arts et la Manufacture Royale de Tapisserie de Sèvres. Ses designers et artisans ont créé la plupart des nouveaux meubles réalisés pour le château de Versailles et d’autres résidences royales.

La fin du meuble Louis XIV

Dans la dernière période, vers 1690, sous l’influence de Haroudin-Mansart, Pierre Lapautre et d’autres designers, le style de décoration et de mobilier devient moins grandiose et plus élégant ; le marbre sur les murs est remplacé par des boiseries de couleurs claires, ou du bois naturel ciré ou disparu. Au fur et à mesure que les systèmes de chauffage s’amélioraient, les cheminées devenaient plus petites ; à mesure que la technologie du verre s’améliorait, les miroirs devenaient plus grands et pouvaient couvrir des murs entiers, comme à Versailles. De nouveaux thèmes décoratifs plus légers, souvent exotiques et ludiques, sont apparus, notamment des putti ou des angelots, des grotesques, des arabesques et des dentelles à la dentelle.

Le style de la dernière période a été fortement influencé par la marqueterie de l’ébéniste André-Charles Boulle qui, entre 1675 et 1680, a grandement raffiné les techniques classiques d’application de fines plaques d’ébène, de bois exotiques, de cuivre, d’écaille de tortue, de nacre. Parfois la décoration en cuivre était placée sur un fond d’écaille de tortue, et parfois la conception en écaille de tortue était sur un fond de cuivre. Le décor devient de plus en plus élaboré, fantaisiste et exotique, notamment dans l’œuvre d’un autre designer influent, Jean Bérain l’Ancien. Une autre décoration populaire sur les meubles était l’ornement en bronze, sculpté et doré. Des reliefs de bronze doré recouvraient les faces des meubles, décorant les trous de serrure et les angles. Les coins des commodes étaient occupés par des sculptures de femmes ou d’anges, et les pieds étaient vêtus de chaussures en bronze doré ou de pieds sculptés de lions ou de cerfs.

Dans le style plus tardif, les formes géométriques ont été progressivement remplacées par des lignes courbes, et un assortiment de nouveaux meubles plus portables est apparu, y compris des chaises pliantes et des petites tables, appelées tabourets, qui pouvaient être déplacés facilement d’une pièce à l’autre. Ces tendances conduisent directement aux formes plus fantaisistes et courbes du mobilier Louis XV.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *