Mobilier de bureau : le télétravail permet au secteur de connaître un bel essor

Le coronavirus provoque de nombreuses difficultés économiques et représente un défi pour beaucoup d’entreprises. Cependant, certains secteurs ont également beaucoup profité de la situation. C’est le cas du mobilier de bureau neuf qui a vu ses commandes augmenter avec la normalisation du télétravail. En plus d’équiper les entreprises, les créateurs de meubles de travail équipent désormais les particuliers aussi.

Un mobilier de bureau pour affronter le télétravail

C’est un fait désormais indéniable, le télétravail s’installe dans la durée. Ceux qui pensaient pouvoir travailler sur la table de leur cuisine pendant quelques semaines se sont rendus à l’évidence : travailler à la maison est désormais une part trop importante de leur quotidien pour la négliger. Investir dans du bon mobilier de bureau est alors essentiel.

D’un autre côté, même les entreprises doivent s’adapter à ces nouvelles dispositions. Avec des effectifs en roulement et des locaux souvent à moitié vides, elles doivent s’organiser pour assurer du confort et de l’hygiène. Le mobilier de bureau neuf est donc énormément sollicité par les particuliers, mais aussi plus que d’habitude par les entreprises. Une situation qui profite grandement au secteur.

Une forte augmentation des ventes

Le résultat de cette situation se fait déjà voir très clairement. Pendant le confinement, les ventes sont restées stables, mais elles ont commencé à grimper après. Depuis qu’une seconde vague de coronavirus semble inévitable, les ventes ont explosé. Les particuliers se préparent à travailler majoritairement à la maison.

Résultat, en quelques mois seulement, le profil des acheteurs a changé. Le secteur comptait 90 % d’entreprises dans ses commandes. Aujourd’hui, les particuliers occupent 80 % des ventes effectuées. C’est une modification majeure et sans précédent du secteur. Résultat, de nombreuses nouvelles idées, de design et de logistiques émergent un peu partout.

Qui doit payer pour ces nouveaux meubles ?

La question du financement de ces meubles peut s’avérer plus délicate qu’il n’y paraît. En théorie, l’employeur est censé financer l’achat de tout le matériel nécessaire pour que le travail soit fait dans des conditions de confort et d’hygiène équivalente à celle des bureaux classiques. C’est une indemnisation normale quand on sait que l’employé met à disposition une partie d’un espace privé qu’il paye (loyer, taxe foncière et d’habitation, etc.).

Cependant, certains employeurs ont du mal à entendre cette obligation. Quand l’employé n’a besoin de rien d’autre qu’une petite table, une chaise et un ordinateur, les employeurs sont nombreux à estimer qu’aucun investissement n’est nécessaire. Si le télétravail venait à se généraliser durablement, il faudra certainement mettre en place certains contrôles et certaines aides pour s’assurer que les conditions de travail de chacun n’en seront pas dégradées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *