Qu’est-ce que l’art contemporain ? A-t-il sa place dans les galeries d’art contemporain ?

L’art contemporain est, dans la plupart des cas, défini comme l’art qui a été et continue d’être créé de notre vivant. Ça a l’air assez simple, non ? Et bien vous allez vite voir que ce n’est pas vraiment le cas.

La différence entre l’art moderne et l’art contemporain

Dans la langue française,  » moderne  » et  » contemporain  » sont synonymes. Malheureusement, dans le monde de l’art, ces deux termes décrivent deux époques différentes de création et deux approches différentes de la création artistique et de la fonctionnalité de l’art, et le plus souvent, ils créent la plus grande confusion. Pour comprendre la catégorie de l’art contemporain, il faut d’abord comprendre la différence entre les deux.

Le terme d’art moderne est généralement associé à l’art réalisé au cours de la période qui s’étend approximativement entre les années 1860 et 1970. L’art de cette période a célébré l’expérimentation et mis de côté les traditions du passé. En expérimentant avec différents matériaux et façons de voir l’art, la fonctionnalité de l’art s’est développée avec le passage de la narration, caractéristique des arts traditionnels, à l’abstraction. Cette liberté retrouvée et cette manière révolutionnaire de s’appuyer sur les visions intérieures et l’expression de ces visions marque la plus grande influence de l’art moderne. Cela reflétait non seulement l’évolution vers la non-figuration, mais influençait aussi l’approche de la vie réelle, les questions sociales et les images de la vie moderne. Nous utilisons cette définition concernant l’art moderne.

Les galeries d’arts contemporaines feront-elles de vieux os ?

La plupart des œuvres d’art contemporaines s’achètent et se vendent bien-sur dans des galeries d’art contemporaine spécialisés dans ce domaine comme par exemple la Galerie Petit Jean de Lyon (www.galeriepetitjean.fr). Toutefois, cette nouvelle forme d’art prend de nombreuses formes et sort des sentiers battus. C’est pourquoi nous pouvons nous poser la question de sa place dans ces galeries. Ces œuvres vont-elles rester dans les galeries et si oui, pendant combien de temps ? Quand le graphiti se fait sur des murs de briques, comment pourrait-on faciliter son achat et sa vente ? Toutes ces questions sont les enjeux des commerçants d’art dans prochaines années et le futur nous dira si les galeries sont le bon modèle a privilégier pour le commerce d’art contemporain.

Pour conclure

Alors que les meubles anciens tel que les meubles Louis XVI ont le vent en poupe, certaines questions se posent pour les œuvres d’art contemporaine. Qu’allons-nous faire maintenant ? S’il y a un certain sentiment que la définition dominante fait défaut et que la variété des approches de l’art est infinie, comment comprendre la différence entre art contemporain et art moderne ? Ce qui semble être l’une des plus grandes différences entre les deux catégories, c’est que l’art moderne se réfère au passé et qu’avec cette référence et cette appropriation, il tente de comprendre le temps présent. L’art contemporain vise aussi à comprendre le présent, mais le présent lui-même est maintenant plus fragmenté et changeant de forme. Dans ce contexte, les œuvres produites ne peuvent que faire référence à l’immensité de l’offre et comme la catégorie exige que l’on prenne conscience du monde qui nous entoure, les questions posées sont comme le vent. Ils sont là et ils influencent notre vision du monde et nos relations avec le monde, mais l’instant d’après, quelque chose de nouveau surgit et l’attention se déplace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *